Mercredi 14 avril 3 14 /04 /Avr 12:43

 

agbaossi.jpgLe président mondial de l’Eglise du Christianisme céleste n’est plus. Benoît D. Agbaossi a tiré sa révérence hier, mardi 13 avril 2010 à exactement 21 heures 10 minutes à l’âge de 79 ans.

 

Très malade depuis plusieurs mois, l’illustre disparu a été déjà évacué un certain nombre de fois en Europe pour des soins intensifs. Il revenait d’ailleurs d’un nouveau check up quand Me Adrien Houngbédji désigné candidat unique de l’Alliance ‘’l’Union fait la nation’’ est allé l’accueillir à l’aéroport international Bernardin Cardinal Gantin le dimanche 11 avril dernier. Et il semble qu’il n’était pas entièrement guéri. Puisqu’il est souvent victime de crise et trouble régulièrement le sommeil des siens. Mais, hier jusqu’au-delà de 20 heures, le chef suprême de l’Eglise du christianisme céleste se portait à merveille. Sa crise est survenue un peu après 20 heures 45. Et les soins qui lui ont été administrés dans une structure sanitaire de Icc Service à Calavi. (Ndlr Icc Service appartient à un haut dignitaire de l’Eglise du Christianisme Céleste. Il a nom Guy Akplogan » n’ont pas permis de le sauver comme par le passé. Ainsi, le successeur du fondateur du christianisme céleste, le Prophète Biléou Oshoffa est mort laissant 5 veuves, 22 enfants et des centaines de paroisse à travers le monde. C’est évidemment sous le règne de feu Benoît D Agbaossi que l’Eglise de Oshoffa a connu sa plus grande expansion. Aujourd’hui, on va au culte du christianisme céleste en France, aux Etats-Unis d’Amérique et dans bien d’autres pays africains. C’est également sous son règne que le gouvernement a officiellement attribué le site mondial du pèlerinage de Sèmè-Kpodi à l’Eglise. Feu Benoît D Agbaossi a acquis aussi une audience politique, a joué un rôle non négligeable sous le régime du Changement et est reçu un certain nombre de fois au Palais de la Marina.

Pourtant, pour l’histoire, il parait qu’à l’origine, c’est Jean Agbaossi, grand frère de Benoît Agbaossi qui a connu le pasteur Oshoffa et qui l’a responsabilisé. Mais très près, le grand frère (un commis) a fait appel à son jeune frère Dossou Benoît (un blanchisseur). Celui-ci grandit vite en spiritualité et emmenait beaucoup de fidèles voir le pasteur fondateur au Nigéria. Il gravit naturellement tous les grages . Mais, tout n’est pas rose. Car, il laisse derrière lui une Eglise du christianisme céleste très divisée. Au moins trois camps antagonistes se réclament aujourd’hui l’héritage religieux du feu Biléou Oshoffa. Il y a un certain Gbèdahi qui organise son pèlerinage annuel quelque part à Savalou. D’un autre côté, il y a une rébellion fortement organisée depuis la République du Nigeria par un des fils de Oshoffa qui n’accepte pas que ce soit à Benoît Agbaossi que revient la présidence mondiale de l’Eglise. Ce fils rebelle Oshoffa très riche, dit-on, a autant de fidèles au Bénin qu’ailleurs. Selon lui, ce n’est pas à Sèmè-Kpodji que doit se tenir le pèlerinage annuel encore moins les 24 et 25 décembre de chaque année comme c’est toujours le cas. C’est plutôt à Agonguè dans la commune de Dangbo qu’il rassemble ses fidèles. C’est en effet dans cette zone lacustre que feu Biléou Oshoffa a eu la révélation, a convaincu ses proches, a agrandi le groupe, s’est opposé au Général Mathieu Kérékou et a dû se réfugier plus tard au Nigeria où il a tiré sa révérence dans les années 80. Son décès brutal sans désigner un dauphin a généré une crise qui a duré des années avant celle actuellement en cours. Un très fidèle du nom nigérian de Bada avec qui Oshoffa a passé de bons moments, s’est vu tout de suite l’héritier originel du trône. Au même moment à Porto-Novo, le groupe Benoît D Agbaossi était déjà aux affaires. Le conflit qui en a résulté a duré au moins 10 ans avant qu’un compromis ne soit trouvé. Mais quelques mois après, Bada décède et ses proches devenus trop faibles face à un Agbaossi très puissant ont finalement déposé les armes. Enfin, il faut retenir que depuis que la maladie a commencé peu le ronger, le Révérend Pasteur Benoît D. Agbahossi a fait appel au Pasteur Adéogoun, originaire de Sakété et qui dirigeait l’Eglise de Londres pour l’aider à diriger. Aucun de ses fils n’a atteint le niveau spirituel suffisant pour prendre la présidence de l’Eglise.

J-C H (Br.Ouémé/Plateau)

 


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

BENINGATE MEDIA

 

 

 

 

 

 

Beningate-WEB-Radio

 
 

JT Afrique

 

 

 

Radio Ave Maria

 

 

Suivez Beningate sur Facebook

 

 

Beningate on Facebook

www.beningate.net

NOS EMISSIONS AUDIO

 

 

 

 

 

 

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés